LES PICOS DE EUROPA

 

Les Picos de Europa se situent dans la cordillère Cantabrique, au nord de l'Espagne à 15 km de l'océan.

Le climat, très changeant, a une franche tendance océanique avec de fortes précipitations surtout au printemps et à l'automne. Il offre des paysages verdoyants qui contrastent avec le reste de l'Espagne.
Les prévisions météorologiques sont difficilement réalisables à cause de la complexité du climat local. Il faut se méfier des brumes tenaces (la encanada) qui enveloppent d'un voile opaque la montagne en quelques minutes.

Le massif Cantabrique fait parti des Pyrénées malgré le fossé qui les sépare .
En effet, d'après les géologues, les Pyrénées s'étendent sur une distance de 1000 km environ: des chaînons montagneux du nord-ouest de l'Espagne à la Provence ainsi que sous les eaux de la mer Méditerranée.

De plus les pyrénéistes, le comte de Saint-Saud et Paul Labrouche (du Club Alpin Français), explorèrent cette région et affirmèrent dès 1893 que le massif Cantabrique faisait partie intégrante de la chaîne des Pyrénées.

 

Il y a 300 millions d'années, les calcaires sédimentaires qui forment les Picos de Europa se soulevèrent en même temps que les Monts Cantabriques. Par la suite, au cours des temps, l'eau et le gel façonnèrent les paysages au relief acéré.

"Los Picos" sont implantés sur trois provinces: Asturies, Cantabrique et Léon, avec le pic Tesoreo (2570 m) en commun.
Les massifs sont également au nombre de trois: Cornion (à l'ouest), Urrielles (le massif central) et Andara (à l'est).

Le point culminant est le Mont Cerredo (2646 m) dans le massif central et le point le plus bas est sur la rivière Deva (75 m) donnant ainsi un dénivelé de 2571 m.

 

D. Pedro Pidal (Marquis de Villaviciosa) introduit en 1916 de façon officielle le concept de Parc National comme un espace physique naturel à conserver pour les générations futures.

En 1918,  se créa le premier Parc National d'Espagne: le Parc National de la Montagne de Covadonga (16.925 Ha) qui occupait en grande partie le massif de Cornion.
En 1995 la superficie du Parc est étendue à 64.660 Ha, couvrant ainsi les trois massifs et il prit le nom de Parc National de los Picos de Europa.

 

Les Pyrénées semblent se dédoubler et ces monts rappellent par leur aspect et par les calcaires qui les composent, le Mont Perdu ou la Pierre-Saint-Martin.

La grande faune pyrénéenne est présente.
Pour les grands rapaces on rencontre: le vautour fauve, le percnoptère, l'aigle royal, le circaète, le grand duc,... Seul manque le gypaète barbu exterminé par l'homme.
Par ailleurs, le lagopède, le pic noir, le grand tétras peuvent être rencontrés durant une excursion.
Pour les mammifères, la genette, le chat sauvage et surtout l'isard, sous-espèce pyrénéenne de taille plus modeste. L'ours brun survit sur la cordillère Cantabrique (entre 50 et 60 individus) mais reste absent des "Picos".
Les torrents et les cours d'eau sont exempts de toute pollution. Ils abritent la loutre mais aussi le desman que l'on nomme dans cette région le desmán de los Pireneos.

 

Le calcaire gris-blanc est dissout par les pluies fréquentes qui proviennent de l'océan Atlantique tout proche.

Ainsi des gorges, des lapiaz, des dolines et un gigantesque réseau souterrain sont creusés par le ruissellement de l'eau. Pas moins de mille cavités ont été explorées atteignant des profondeurs records de -1141 mètres au Sistema de Trave, premier gouffre espagnol et quatrième dans le monde.

 

Paradoxalement, malgré les fortes précipitations, l'eau est rare dans la région: le relief karstique l'absorbe très rapidement.

Les rivières qui serpentent cette région séparent les trois massifs en creusant d'impressionnantes gorges comme le Cares, le Sella ou la Deva ou plus modestement le Duje ou le Dobra.
Un agréable parcours consiste à visiter les gorges du Cares, qui sont aménagées de tunnels creusés dans la roche avec des "balcons" qui permettent de surplomber le vide.

Quelques rares lacs d'origine glaciaire subsistent, rescapés de ce massif calcaire qui absorbe la moindre goutte d'eau. Les lacs d'Enol et de la Ercina attirent de nombreux touristes.

 

Le nom de Picos de Europa fut donné par les navigateurs qui croisaient dans le golfe de Gascogne. Ces derniers venant de l'ouest et naviguant à vue apercevaient en premier ces cimes blanches (même sans neige à cause de la couleur du calcaire) annonçant la proximité du continent européen.

D'autre part, une légende raconte que Astur le roi de Crète cacha sa femme, la reine Europe,dans la partie la plus inextricable des montagnes d'Asturies afin de la soustraire aux assauts dévastateurs de Zeus.
Depuis cet événement cette région porte le nom de la reine.

 

De Fuente Dé (au sud du massif central), il est possible de prendre le téléphérique pour s'élever sans effort de 700 mètres au dessus de la vallée de Potes.

Depuis la station supérieure de la télécabine il est possible de profiter d'une vue splendide et de partir pour des randonnées dans ce secteur des Picos de Europa.

 

Une des sorties est la Peña Vieja, 2613 mètres d'altitude, près de Horcados Rojos (2506 m). Ce sommet est un exemple de relief karstique typique de la région.

 

Du sommet de ce dernier, un splendide panorama sur la partie centrale des Picos de Europa s'offre aux randonneurs.

 

Du col Horcados Rojos (2345 m) on profite d'un point de vue sur le pic Urriello ou plus communément appelé Naranjo de Bulnes. Ce pic est le plus célèbre sommet des Picos de Europa.

Inaccessible aux marcheurs malgré son altitude modeste, 2519 mètres, cette paroi de haute difficulté ne fut vaincue qu'en 1904 par un marquis amoureux de la région et par Gregorio un habitant de Caín qui l'escalada pieds nus!

Le Naranjo (de naranja: orange en français) a pris ce nom en raison des couleurs orangées qu'il prend au soleil couchant.

 

Par ailleurs, au pied des Horcados Rojos, la Cabaña Veronica (2325 m) est un étrange refuge métallique de huit places où il y fait une chaleur caniculaire en été et un froid glacial en hiver. Par contre elle est équipée d'une radio pour donner l'alerte.

Elle fut implanté en 1961 et cette étrange architecture provient de la récupération d'une tourelle du porte-avions américain le Palau.

 

Au sommet du pic Coriscoa (2234 m)  une petite croix et une boîte à cartes ont été placées le 19 juillet 1994 par le Grupo Montaña Alba de Barredos-Laviana. Ce belvédère offre une vue d'ensemble sur la vallée de Potes et sur les trois massifs.

 

Pour en savoir plus

Site du Parc National des Picos de Europa

 
 

 

Page d'accueil LES PYRÉNÉES