LE CIRQUE DE GAVARNIE

 

Le village de Gavarnie est le plus élevé des Hautes-Pyrénées: 1357 m d'altitude. En 1876 il comptait 301 habitants et en 1999: 164.
Son nom provient de l'hydronyme pyrénéen "gave" qui signifie torrent, cours d'eau des Pyrénées centrales.

Le village doit son essor aux relations privilégiées avec l'Espagne par le port de Boucharo et aux pèlerins de Saint-Jacques de Compostelle qui franchissaient les Pyrénées.
Aujourd'hui, la principale ressource est le tourisme.

 

Pour visiter le cirque, le départ s'effectue du village. Il faut compter environ 3 heures de marche aller et retour en suivant la large piste jusqu'à "l'Hôtellerie du cirque" puis un sentier jusqu'au pied de la "Grande cascade".

 

Sur la première carte des Pyrénées réalisée en 1719 par les militaires, l'emplacement du cirque est occupé par un lac imaginaire!
Cette méconnaissance des Pyrénées suscita l'attrait des premiers naturalistes de la seconde moitié du XVIII ème siècle qui entraîna, par la suite, la curiosité des premiers voyageurs.

La fréquentation des lieux est stimulée par la construction des routes qui desservent les stations thermales de Luz-Saint-Sauveur et de Barèges en 1744. La desserte de Gavarnie fut réalisée en 1762.
A Gavarnie les premiers touristes sont attirés par la "cataracte" et les ponts de neige; on ne parle pas du cirque. Ce fut grâce aux scientifiques de la fin du XVIII ème siècle que l'on commence à en parler.

 

Napoléon III et l'impératrice Eugénie qui venait en cure thermale dans la région rendirent ces lieux très à la mode durant la seconde moitié du XIX ème siècle. Le tourisme et le thermalisme se développèrent.

Aujourd'hui, la tradition touristique du XIX ème siècle est toujours respectée: des visites à dos de mulets y sont proposées pour conduire les touristes du village de Gavarnie à "l'Hôtellerie du cirque".
De plus, des pistes de ski de fond attirent des touristes hivernaux et durant le mois de Juillet de grands spectacles au sein de cet amphithéâtre naturel y sont organisés.

Depuis 1997, le cirque de Gavarnie avec le massif du Mont-Perdu sont classés au Patrimoine Mondial de l'UNESCO, pour leurs sites exceptionnels et pour ce qu'ils représentent dans l'histoire Pyrénéenne.

 

Le cirque forme un amphithéâtre parfait qui se développe à sa base sur prés de 4 km et sa ligne de crête sur 14 km environ avec le glacier du Taillon. L'altitude moyenne du fond est de 1675 m tandis que les cimes qui dominent le site dépassent 3000 m.

La paroi verticale est constituée de trois gradins de calcaire datant du crétacé et supportant chacun des névés en hiver, autrefois sièges de petits glaciers.

 

La géologie des cirques est très complexe et de nombreuses théories au fil des siècles tentèrent de décrire leur formation.

Les premières explications de leur genèse étaient les tremblements de terre: ces colossales formations étaient soit des coulées de laves volcaniques solidifiées ou d'anciennes grottes sous-marines effondrées.

La théorie de l'évolution imaginée par George Buffon, naturaliste au Muséum d'Histoire Naturelle à Paris durant le XVIII ème siècle, met fin à ces suppositions souvent inspirées par la religion. Les cirques se sont formés suite aux glaciations successives durant des millions d'années.

 

De nombreuses cascades dévalent la paroi abrupte, mais c'est la "Grande cascade" qui attire l'attention avec son panache de 420 mètres de haut.

Elle est alimentée par les eaux du lac Glacé en Espagne et elle jaillit de la paroi par une résurgence.
A la fonte des neiges elle plonge dans le vide en un seul jet. En été, c'est seulement au dernier quart de sa chute que la cascade touche le rocher pour la première fois. Puis elle rebondit et se précipite d'un second élan jusqu'au fond du cirque, pour se perdre dans des entassements de neige persistante, qui laissent passer sous des ponts le gave de Gavarnie qui vient de se former pour devenir plus en aval le gave de Pau.

 

Les sommets qui couronnent le cirque portent des noms évocateurs: Brèche de Roland, Doigt, Casque, Cylindre, Marboré, Mont-Perdu...

 

 

Page d'accueil LES PYRÉNÉES