LA RÉGION DE LA RÉSERVE DU NÉOUVIELLE

 

Il y a 300 millions d'années, du fait d'un bouleversement géologique, le granit est apparu dans cette région. Par la suite, le paysage fut façonné par les glaciers du quaternaire qui créèrent à leur fonte un ensemble de lacs dans cette région.

Cette vue sur les Laquettes offre un paysage caractéristique de la réserve du Néouvielle: granit, pins à crochets, rhododendrons et lacs.

 

La brèche de Chausenque (2863 mètres) se situe au dessus du lac d'Aubert et des Laquettes à la limite ouest de la réserve du Néouvielle.

Elle est un passage pour quitter ce cirque et il n'est pas rare de trouver des névés en été.

 

Sur un balcon du versant ouest de la brèche de Chausenque, apparaît au travers de la brume montante, un des lacs Verts, ensemble de petits lacs de haute montagne.

 

Le lac et la cabane d'Aygues Cluses sont une escale idéale pour les randonneurs qui suivent le GR 10 (sentier de randonnées qui traverse les Pyrénées de la Méditerranée à l'Atlantique).

De nombreux pécheurs connaissent ces lacs pour la truite. Ce peuplement artificiel a causé dans certains lieux l'élimination des amphibiens.

 

Les lacs du Bastan et son refuge se situent au nord-est du lac de l'Oule.

Les pins à crochets sont omniprésents dans le massif jusqu'à une altitude voisine de 2700 mètres.
Leur âge est très difficile à estimer mais ils peuvent atteindre le millier d'années. Une fois mort leur "squelette" se pétrifie à cause de la résine que le bois renferme.

 

Les lacs du Bastan forment un biotope idéal pour les amphibiens et en particulier pour les crapauds accoucheurs.

Ces animaux ont la particularité de pouvoir rester à l'état larvaire durant vingt ans; jusqu'à ce que les conditions soient favorables à leur développement.

 

Les Pyrénées sont restées longtemps mal connues.
Sur une carte de l'époque de Louis XIV, on ne compte que dix lacs et Ramond en 1789 cite comme extraordinaire l'existence de glaciers.

Les premières études des lacs remontent à 1831 grâce aux travaux de Nérée Boubée qui détermina la profondeur du lac d'Oô par sondage (75 mètres) et releva la température de l'eau à diverses profondeurs.
En 1856, Lambron et Lézat évaluèrent la pression en diverses profondeurs.

Photo: une vue sur le lac d'Agalops.

 

Un recensement des lacs pyrénéens fut réalisé par Jeanbernat qui en dénombra prés de 600.
Ludovic Gaurier fit au début du XXème siècle, les relevés topographiques des lacs du versant nord et rédigea un "Atlas des 260 lacs des Pyrénées".

Enfin, à partir du laboratoire biologique du lac d'Orédon fondé par Despax, de très nombreuses études furent menées dans ce massif qui est devenu un des plus connu des Pyrénées.

Photo: au pied du pic des Quatre Termes, un autre cirque renfermant le lac de Port Bieille.

 

carteneouvielle.jpg (33448 octets)

 

Page d'accueil LES PYRÉNÉES