L'ANETO

 


  Le versant nord de l'Aneto vu du Port de Venasque.

 

En 1770, Reboul et Vidal, deux scientifiques toulousains identifièrent pour la première fois le plus haut sommet des Pyrénées. Ils le nommèrent Néthou au lieu d'Aneto à la suite d'une mauvaise compréhension du dialecte aragonais qui était usité par les bergers de cette région. Cette dénomination se perpétua jusqu'au début du XXe siècle.

L'Aneto et le massif de la Maladeta attirèrent très tôt la curiosité des premiers touristes. C'est à partir de la ville thermale de Bagnères-de-Luchon que des curistes et des savants en firent un symbole.

De nombreuses expéditions furent lancées à l'assaut de ce sommet. Jadis, le point de départ était l'Hospice de France (1385 m), près de Bagnères-de-Luchon. Le passage de la frontière se faisait au port de Venasque (2448 m) pour redescendre sur la Renclusa (2140 m) pour y passer la nuit, avant la remontée finale vers le toit des Pyrénées (3408m).
Mais c'est en juillet 1842 que l'Aneto fut vaincu par Platon de Tchihatcheff et par Albert de Franqueville son compagnon de cordée.

 

 
Une cordée sur le glacier de l'Aneto en 1919.

 

De nos jours, l'approche se fait le plus souvent à partir de l'Espagne en empruntant la vallée de Benasque pour rejoindre le refuge de la Renclusa qui est toujours le point de départ de cette ascension.

Des guides se spécialisèrent pour conduire leurs clients à la conquête des cimes du massif "maudit", tout en narrant dans ce cadre tragique mais beau d'une montagne recouverte de glace, le récit de l'ensevelissement du malheureux guide Barrau qui périt dans une crevasse du glacier de la Maladeta en 1824.

Le Posets (3375 m), le second sommet des Pyrénées, en Aragon lui aussi, n'eut pas autant de succès: il ne parvint jamais à sortir de l'anonymat même si Russell le qualifia pourtant "d'himalayen" à cause de sa masse imposante.

La fréquentation de ces deux sommets pyrénéens est très importante et des villages qui autrefois avaient une économie modeste comme le village de Benasque profitent de cette manne touristique.

 

 

 

Page d'accueil LES PYRÉNÉES